Qui est (vraiment) Charlie ?

Manifestation_Charlie

(Find an english version of the summary and a link to the english article at the bottom of this post)

Zerhouni, O., Rougier, M., & Muller, D. (2016). “Who (really) is Charlie?” French cities with lower implicit prejudice toward Arabs demonstrated larger participation rates in Charlie Hebdo rallies. International Review of Social Psychology, 29, 69-76. Retrouvez la totalité de l'article scientifique ici

« Charlie, comme Maastricht, fonctionne sur deux modes, l’un conscient et positif, libéral et égalitaire, républicain, l’autre inconscient et négatif, autoritaire et inégalitaire, qui domine et exclut » (Emmanuel Todd, 2015, p. 87).

Suite aux attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher, plus de 4 millions de personnes se sont rassemblées dans les rues de France pour manifester leur soutien aux victimes et à la liberté d’expression. Sur le moment, l’immense majorité des personnes participant à ces rassemblements ont explicitement insisté sur le fait qu’ils ne manifestaient en aucun cas contre les musulmans. Assez vite, cependant, certains auteurs, comme l'historien et anthropologue Emmanuel Todd (2015) dans son livre « Qui est Charlie ? », ont remis en question les motivations sous-jacentes des manifestants. Selon Todd, ces manifestants auraient arboré publiquement des attitudes antiracistes, mais seraient en réalité mus par des motivations xénophobes latentes ou inconscientes. Les travaux de Todd, cependant, n’apportent pas de réelles mesures de ces motivations « latentes ou inconscientes », or la psychologie sociale s’est depuis des décennies spécialisée dans la mesure de ce type de motivations. Le but de notre étude a donc été d’utiliser l’une de ces mesures pour mettre à l’épreuve l’hypothèse de Todd.

L’argument central mis en avant par Todd a consisté à démontrer que les participants aux manifestations Charlie ont été plus nombreux dans les villes ou territoires qu’il qualifie de « catholiques zombies ». Ces territoires se distingueraient par une empreinte catholicisme ancrée plus fortement et n'ayant été abandonné que récemment, laissant un vide idéologique à la recherche d’un ennemi structurant, à savoir l'Islam. C’est ce vide idéologique qui, selon Todd, serait à l’origine de l’émergence de ces motivations plus ou moins inconscientes et anti-Islam. Cependant, et comme nous l’avons dit, Todd n’en fournit aucune mesure directe. L’un des apports de la psychologie sociale est précisément que bon nombre de chercheurs de cette discipline ont depuis longtemps embrassé l’idée que très souvent les individus ne veulent pas (parce que c’est mal vu socialement) ou ne peuvent pas (parce qu’ils n’en sont pas nécessairement conscients) reconnaître leurs préjugés spontanés—ce que l’on qualifiera plus souvent de préjugés implicites—à l’égard des groupes sociaux. Cette idée les a amenés à développer des outils informatisés comme par exemple le plus célèbre d’entre eux : l’Implicit Association Test (pour Test d'Association Implicite, nous utiliserons ici l’acronyme le plus courant à savoir IAT). L’IAT permet d’évaluer grâce à des temps de réponses (et non des réponses plus contrôlés sur un questionnaire) dans quelle mesure les individus associent spontanément (certains diront automatiquement) les membres d’un groupe à des mots positifs et les membres d’un autre groupe à des mots négatifs.

Le but de notre étude a donc été d’utiliser l’IAT pour tester l’idée selon laquelle les villes ayant le plus manifesté auraient, comme Todd le propose, des niveaux de préjugés implicites supérieurs à celles ayant le moins manifesté. Pour ce faire, nous avons pu avoir accès à la base de données « Projet implicite » de l’Université de Harvard, qui propose une plateforme en ligne gratuite permettant à tout un chacun de passer l’IAT. Grâce à cet outil, nous avons calculé un score moyen à l’IAT Français/Magrébins par ville en utilisant les observations recueillies (près de 4000 personnes) depuis la création de sa version française (2007) jusqu’à la fin de l’année 2014, c'est-à-dire avant les attentats de Charlie Hebdo. Afin d'évaluer le niveau de participation aux manifestations Charlie Hebdo, et conformément à la procédure utilisée par Todd dans son ouvrage, nous avons calculé un taux de participation sur la base des estimations fournies par les autorités.
Les résultats de notre étude font ressortir que, contrairement à l’hypothèse de Todd, les villes ayant les niveaux moyens de préjugés implicites les plus forts sont celles qui ont participé le moins aux manifestations Charlie Hebdo. Ainsi, ces résultats contredisent l’idée que les habitants des villes ayant beaucoup manifestés l’auraient fait parce qu’il existe une culture anti-musulmans dans ces territoires. En outre, comme le travail de Todd repose précisément sur le présupposé selon lequel les territoires catholiques zombies seraient plus anti-musulmans, nous avons également cherché à voir si les villes catholiques zombies faisaient montre de forts niveaux de préjugés implicites. Là encore, nos résultats ne permettent pas d’accréditer cette idée puisque les villes à forte empreinte catholique (selon la classification de Todd) ne se distinguent pas sur leur niveau des préjugés implicites.

charlieplot

Figure 1 : Taux de participations aux manifestations Charlie Hebdo en fonction des scores IAT moyens par ville (plus les scores IAT sont haut, plus le niveau moyen de préjugés implicite est élevé).

cathozombie2
Figure 2 : Score IAT en fonction du niveau d’empreinte catholique

La psychologie sociale a été à l'avant-garde des études montrant que les gens sont souvent peu disposés ou incapables d’exprimer leurs préjugés contre d'autres groupes. Il reste qu’en période de grande difficulté où les conflits entre groupes ethniques peuvent être tempérés ou, au contraire, exacerbés par la manière dont le comportement d'autrui est interprété, il nous semble périlleux de prétendre – sans mesure directe – qu'environ 4 millions de personnes sont descendues dans la rue mus par une animosité envers leurs concitoyens. Cette étude semble démontrer que cette conclusion était prématurée, voire inverse à la réalité. Ainsi, « Charlie » était peut-être catholique zombie, mais il n’était pas l'ennemi de ses concitoyens musulmans.

Following the Charlie Hebdo terrorist attack that happened on January 7th 2015, around 4 million people gathered all over France in a rally of national unity. Soon, however, critics argued that those who participated to the rallies publicly displayed antiracist attitudes, but were driven by implicit prejudice toward Muslims. Our study addresses the question of whether implicit prejudice measured at the city-level can predict participation rates observed in these cities. We used data from the French/Arab IAT of the Project Implicit collected from 2007 to 2014 on the French territory (n = 3365, 35 cities) and computed mean IAT scores for each city. We then tested whether the IAT scores predicted the participation rate observed in each city. In sharp contrast with the idea that Charlie Hebdo marchers were implicitly biased against Muslims, we found that cities implicitly biased against Arabs (as compared with French) participated less, and not more, to the Charlie Hebdo rallies. These results also show, for the first time, that the level of implicit prejudice measured at the city-level, sometime several years before an event (2007), can predict large scale social behaviors.

Measuring belief in conspiracy theories

conspiracy-theories
Dans cet article nous présentons d'une part la validation d'une échelle de croyance aux théories du complot en un item (en français et en anglais), d'autre part nous présentons la traduction en français d'autres échelles classiques de croyance aux théories du complot.

We designed, in French and in English, a single-item scale to measure people’s general tendency to believe in conspiracy theories. The validity and reliability of this scale was assessed in 3 studies (total N = 555). In Study 1 (N = 152), positive correlations between the single-item scale and 3 other conspiracy belief scales on a French student sample suggested good concurrent validity. In Study 2 (N = 292), we replicated these results on a larger and more heterogeneous Internet American sample. Moreover, the scale showed good predictive validity—responses predicted participants’ willingness to receive a bi-monthly newsletter about alleged conspiracy theories. Finally, in Study 3 (N = 111), we observed good test-retest reliability and demonstrated both convergent and discriminant validity of the single-item scale. Overall these results suggest that the single-item conspiracy belief scale has good validity and reliability and may be used to measure conspiracy belief in favor of lengthier existing scales. In addition, the validation of the single- item scale led us to develop and start validating French versions of the Generic Conspiracist Beliefs scale, the Conspiracy Mentality Questionnaire, and a 10-item version (instead of the 15-item original version) of the Belief in Conspiracy Theories Inventory.

Lantian, A., Muller, D., Nurra, C., & Douglas, K. (2016). Measuring Belief in Conspiracy Theories: Validation of a French and English Single-Item Scale. International Review of Social Psychology, 1, 1-14. (pdf)

The mask who wasn't there

Does a visual mask need to be perceptually present to disrupt processing? In this research, we proposed to explore the link between perceptual and memory mechanisms by demonstrating that a typical sensory phenomenon (visual masking) can be replicated at a memory level. Experiment 1 highlighted an interference effect of a visual mask on the categorization of auditory targets and confirmed the multimodal nature of knowledge. In Experiment 2, we proposed to reactivate this mask in a categorization task on visual targets. Results showed that the sensory mask has disrupted (slower reaction times) the processing of the targets whether the mask was perceptually present or reactivated in memory. These results support a sensory-based conception of memory processing and suggest that the difference between perceptual processes and memory processes is characterized by the presence (perception) or the absence (memory) of the sensory properties involved in the activity.

Rey, A.E., Riou, B., Muller, D., Dabic, S., & Versace, R. (2015). The mask who wasn’t there: Visual masking effect with the perceptual absence of the mask. Journal of Experimental Psychology: Learning, Memory, and Cognition, 41, 567-573. (pdf)

Emotional norms

We recently validated a database of 524 French personality traits words. These words have been pre-tested on 328 participants on valence, approach/avoidance tendencies associated with the trait, possessor- and other-relevance of the trait, and discrete emotions conveyed by the trait (i.e., anger, disgust, fear, happiness, and sadness). The database can be accessed here.

Ric, F., Alexopoulos, T., Muller, D., & Aubé, B. (2013). Emotional norms for 524 French personality-trait words. Behavior Research Methods, 45, 414-421. (pdf)

Beware of the winners

Capture decran 2012-03-01 a 23.14.13
Who is more likely to behave aggressively? Is it someone outperformed by others or is it someone who outperformed others? To answer this question, we conducted three studies in which participants were first led to believe they were outperformed or they outperformed someone else. Then they were given the opportunity to aggress against him/her. Our results consistently showed that people are more aggressive toward someone they outperform. Hence, winning makes people more aggressive toward the defeated.

Muller, D., Bushman, B., Subra, B., & Ceaux. E. (2012). Are people more aggressive when they are worse off or better off than others? Social Psychological and Personality Science, 3, 754-759. (pdf)